Le slameur Grand Corps Malade, nommé homme du mois par ONU FEMMES France


Le slameur Grand Corps Malade, nommé homme du mois par ONU FEMMES France
@Dirigeantes, leadership au féminin
  • 17 Septembre 2022

Parce que l’implication des garçons et des hommes est indissociable de la lutte pour l’égalité de genre, ONU Femmes France promeut ceux qui s’engagent. Grand Corps Malade est l’un d’eux, slameur au parcours atypique et au positionnement féministe.

Découvrez son portrait.

De basketteur à slameur professionnel

Fabien Marsaud, ou de son nom de scène Grand Corps Malade est slameur, poète, auteur, compositeur, interprète et également réalisateur de son film autobiographique. Dès ses quinze ans, il écrit ses premiers textes aux influences rap depuis son département, la Seine-Saint-Denis. Mais si l’écriture est l’une de ses activités, il reste passionné par le basketball, sport qu’il pratique à haut niveau.

En 1997, cette carrière sportive se stoppe net à ses 20 ans, lorsqu’il plonge dans une piscine insuffisamment remplie, se fracture plusieurs vertèbres et passe un mois dans le coma… Cet épisode tragique et la longue rééducation qui suit, rapproche Fabien Marsaud de ses textes et du slam. Cet art pratiqué a cappella à mi-chemin entre la poésie et le rap lui permet d’exprimer ses aspirations et ses engagements.

En 2003, il se choisit le pseudonyme de Grand Corps Malade, en référence à son physique hors norme ainsi qu’aux séquelles qu’il porte. Il enchaîne alors les représentations, partie indissociable de l’activité d’un slameur et se fait remarquer sur la scène musicale française. La consécration arrive en 2007, lorsqu’il est désigné “révélation scène de l’année” aux Victoires de la musique grâce à son album Midi 20. Sept disques suivront ensuite : Enfant de la ville (2008), 3e Temps (2010), Funambule (2013), Il nous restera ça (2015), Plan B (2018) et en 2020… Mesdames.

Promoteur du slam pour tou.te.s

Animé par des valeurs humanistes, Grand Corps Malade a toujours associé son slam à ses convictions pour l’égalité des chances et de genre. En 2016, il lance, avec le Ministère de l'Éducation nationale, une initiation expérimentale afin de former les plus jeunes au slam. Il parraine également les “Trophées Slam à l’école” de la Ligue Slam de France et de la Fondation Culture & Diversité qui promeuvent la parole et le leadership des jeunes filles et garçons.

En parallèle, Grand Corps Malade est engagé avec l’association “Sourire à la vie” et organise dans ce cadre des scènes musicales, orientées sur le slam, au profit des enfants malades.

Mesdames, comme un manifeste féministe

Si Grand Corps Malade s’est toujours positionné comme un allié des femmes subissant le sexisme, son engagement s’est concrétisé avec son dernier album intitulé : Mesdames. Désormais Disque de platine, il est composé de quatorze titres, dont douze duos avec des artistes féminines. L’album alterne entre Véronique Sanson, Louane, Suzane ou encore une jeune slameuse au collège.

Sur le sens féministe de ce projet, il y a l’envie de mettre à l’honneur les femmes, effectivement. C’est ainsi l’occasion d’aborder le fait qu'on vit dans une société très inégalitaire, malheureusement. Cela se reflète dans tous les milieux, notamment le milieu artistique.” (1), affirme le désormais Chevalier des Arts et des Lettres.

Sensibilisé dès son enfance par ses parents, dont l’éducation était “loin du machisme primaire” (1), Grand Corps Malade a conscience des injustices et des inégalités de genre, il en parle, il les slame.

J'enverrai un mail au taf en faisant les courses à Carrefour

J'aiderai les enfants aux devoirs en sortant la quiche du four

Avec eux je serai joyeuse, avec mon mec, femme fatale

24h dans la peau d'une femme, je comprendrai la charge mentale

À 16h35 pile, j'arrêterai de travailler

Vu qu'après quand t'es une femme, et ben t'es plus payée

Je sortirai en jupe quelques instants dans les transports

Pour comprendre l'essence même du hashtag balance ton porc

Paroles extraites du duo avec la chanteuse Suzane “Pendant 24h”

Grand Corps malade se dit “certainement féministe” (1) et dénonce les inégalités : “le pire, c’est la violence. Les violences faites aux femmes me révoltent. Beaucoup de femmes se sentent prisonnières, n’ont pas les moyens de quitter leur domicile. Chaque année, le nombre de femmes tuées par leur conjoint est hallucinant. Le petit machisme sournois, présent partout, est également dangereux. On ne l’entend pas, mais il est totalement intégré dans nos coutumes, dans nos mœurs. C’est celui qui banalise les phrases sexistes que les femmes entendent à longueur de journée, qui tolère le fait qu'elles soient encore et toujours payées au moins un tiers de moins. Ces choses pourrissent tellement le quotidien, la société toute entière.” (1).

Grand Corps Malade, grande star de la scène musicale française et internationale, incarne une masculinité positive et inclusive. Il choisit de porter des valeurs d’égalité et de tolérance et de promouvoir ainsi un monde sans discrimination de genre. C’est notre homme du mois. 


Source : ONUFEMMES France


Articles similaires

Cristina GARMENDIA