Lynda APHING- KOUASSI, De banquière à Directrice Générale du Cabinet International Kaizene, une experte dans le domaine du Conseil.


12 Juillet 2020

Après avoir travaillé de nombreuses années dans le système bancaire, Lynda APHING-KOUASSI se donne pour ambition de, booster les Africains au travers de conférences et de formations que propose le cabinet Kaizaine. Une entreprise spécialisée dans le Renforcement des capacités, le Coaching, la Responsabilité sociétale ainsi que les Conférences sur les infrastructures.

 D’origine Ivoirienne, Lynda KOUASSI décide d’effectuer ses études supérieures à Londres au Royaume Uni où elle obtient une pluri diplomation dans le secteur des finances et des Affaires Internationales. En Janvier 2019, elle obtient son certificat de Formatrice International Finance Corporation-IFC. Parallèlement, elle va suivre la formation THE BOARDROOM AFRICA, sur le thème : « Stratégie des Directeurs Conseil d’Administration IOD ».

 Contribuer au développement de son continent, l’une des principales motivations de Lynda APHING-KOUASSI

« L’envie de contribuer à l’évolution du continent Africain et de surtout apporter des services à valeur ajoutée nous permettant de renforcer nos capacités et de revaloriser le capital humain en entreprise, de promouvoir nos talents et pays à leur juste valeur sans complexes mais surtout, parce que j’avais un rêve qui était assez grand et en lequel je suis convaincue et pour lequel je travaille et me bats chaque jour un peu plus m’ont poussée à entreprendre» nous confie-t-elle.

Des difficultés rencontrées dans son parcours professionnel

Ils ont été nombreux et peuvent être résumées en quelques mots nous confie la dirigeante. Il y a : L’intégration dans l’environnement d’accueil, le secret de cette difficulté selon elle, serait l’humilité et toujours demander de l’aide quand l’occasion se présente.  La notion de genre, « il lui a fallu de la rigueur et de la fermeté pour obtenir les contrats les plus coriaces », témoigne-t-elle. L’estime de soi pour surmonter les échecs tout en évitant de compromettre sa moralité et ses principes.

Une dirigeante favorable aux quotas dans les entreprises et qui croit au management au féminin

Les quotas permettraient d’avoir la place qui est due aux femmes, de travailler efficacement pour être toujours à la hauteur des attentes de l’entreprise. « Nous nous rendons compte de plus en plus que les femmes sont promues a des postes de responsabilité, mais imposer des quotas nous permettrait de voir le pourcentage (%) de femmes grandir ». 

Le management au féminin existe bel et bien, parce que les femmes ont des prédispositions managériales qui facilitent leur prise de décision. Leur style de management est lié à l’éducation, aux personnes, aux coutumes, aux mœurs et au degré d’empathie.

Par contre, pour promouvoir les femmes,  il faut initier des actions pour concilier vie privée et vie professionnelle, en favorisant par exemple les crèches dans les structures, la prise de congés maternité-paternité, faire attention à la balance du genre dans les conseils d’administration. Il faut également mettre en place des actions de promotion de la mixité dans les secteurs d’activité à tendance masculine, tels que la mécanique, les infrastructures enfin  sensibiliser  les collaborateurs sur l’égalité hommes-femmes afin de réduire les stéréotypes.

 Conciliation vie privée et  vie professionnelle

Pour Lynda APHING-KOUASSI, une mauvaise conciliation génère automatiquement des répercutions. Les femmes doivent satisfaire en même temps leur famille et parvenir à être toujours performante professionnellement. Les horaires de travail, les déplacements et les délais souvent trop restreints ne permettent pas de concilier la vie personnelle et professionnelle. Bien au contraire, ils constituent un facteur favorisant l’augmentation du stress chez les travailleurs et les travailleuses. Ce stress entraîne des répercussions directes sur le marché du travail et sur les entreprises, tels que l'augmentation des coûts associés à l'absentéisme, la perte de productivité. S’il faut donner des astuces pour trouver son équilibre, la Directrice Générale du Cabinet International Kaizene évoque la confiance en soi et le respect des règles de vie familiale, ainsi que se faire plaisir de temps à autre.

Ses conseils aux femmes

Les femmes doivent être conscientes que leur féminité n’est pas une faiblesse mais plutôt une opportunité à saisir. Il faudrait pouvoir rester soi-même tout en conservant son système de valeurs.

La rédaction